Pfff...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Le concombre masqué

avatar


MessageSujet: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 18 Jan - 1:08

Je vous invite à partager ici vos lectures, les textes, articles, citations, bouquins... que vous avez aimé (bon pour les bouquins n'en faites pas une réplique totale hein, un petit résumé sera largement bien Smile )

Je commence en guise d'intro avec un texte de Philippe Fraisse :
"L'organisation capitaliste de la production des richesses ne repose pas simplement sur une aliénation matérielle, mais suppose aussi une aliénation morale. pour transformer l'individu en unité de consommation, il faut sans cesse créer des marchés-désirs, ce qui implique l'exploitation, l'entretien et même la création de la misère affective. il faut bien être malheureux en effet, et pauvre en désirs, pour aller à la table de Ronald McD... ingurgiter des boules de matière alimentaire, il faut bien être malheureux pour supporter le déferlement pornographique de l'Internet ou les beuglement aspartamés des chanteuses de variétés. La puissance d'achat du quidam est inversement proportionnelle à sa constitution spirituelle, ou encore : pour être un bon acheteur, il faut être un bon trou. [...]"

A vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mo'on

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 18 Jan - 4:18

Après une citation pareille, c'est dur...
Bon je me lance !

"Et le petit prince dit à l'homme:

Les grandes personnes, elles ne comprennent rien toutes seules, et c'est très fatigant pour les enfants de toujours et toujours leur donner des explications."

Antoine de Saint Exupéry

....................
Et c'est pas finit !
"Bien des gens meurent sans avoir composé toute leur musique. Trop souvent c'est parce qu'il passe leur temps à préparer ce que sera leur vie au lieu de la vivre. Et avant qu'ils s'en rendent compte, le temps leur a filé entre les doigts."

Oliver Wendell Holmes

C'est tout pour le moment les enfants, mais je repasserai par là . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernestin sous-marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 18 Jan - 4:23

Lorsque Zarathoustra eut atteint sa trentième année, il
quitta sa patrie et le lac de sa patrie et s’en alla dans la mon-
tagne. Là il jouit de son esprit et de sa solitude et ne s’en lassa
point durant dix années. Mais enfin son cœur se transforma, –
et un matin, se levant avec l’aurore, il s’avança devant le soleil et
lui parla ainsi :
« Ô grand astre ! Quel serait ton bonheur, si tu n’avais pas
ceux que tu éclaires ?
Depuis dix ans que tu viens vers ma caverne : tu te serais
lassé de ta lumière et de ce chemin, sans moi, mon aigle et mon
serpent.
Mais nous t’attendions chaque matin, nous te prenions ton
superflu et nous t’en bénissions.
Voici ! Je suis dégoûté de ma sagesse, comme l’abeille qui a
amassé trop de miel. J’ai besoin de mains qui se tendent. Je
voudrais donner et distribuer, jusqu’à ce que les sages parmi les
hommes soient redevenus joyeux de leur folie, et les pauvres,
heureux de leur richesse.
Voilà pourquoi je dois descendre dans les profondeurs,
comme tu fais le soir quand tu vas derrière les mers, apportant
ta clarté au-dessous du monde, ô astre débordant de richesse !
Je dois disparaître ainsi que toi, me coucher, comme disent
les hommes vers qui je veux descendre.
Bénis-moi donc, œil tranquille, qui peux voir sans envie un
bonheur même sans mesure !
Bénis la coupe qui veut déborder, que l’eau toute dorée en
découle, apportant partout le reflet de ta joie !
Vois ! cette coupe veut se vider à nouveau et Zarathoustra
veut redevenir homme. »
Ainsi commença le déclin de Zarathoustra."


Première partie, Le Prologue de Zarathoustra
Ainsi parlait Zarathoustra (1885)
Nietzsche[left]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le cerveaulent

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 18 Jan - 9:15

Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois : mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.

On ne badine pas avec l'amour (acte 2 scène V)
Alfred de Musset (1810-1857) (étudier en cours xD)
--------------------------------------------------

"La grandeur inspire l'envie, l'envie engendre le depit, le depit repend le mensonge"
Harry Potter et le Prince de Sang Melé

Bon ok c't'ait une blague, j'irai chercher plus tard les citations biens que je trouverais dans mes bouquins mieux^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernestin sous-marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 18 Jan - 13:19

O moi ! O la vie !
Les questions sur ces sujets qui me hantent,
Les cortèges sans fin d’incroyants, les villes peuplées de sots,
Moi-même qui constamment me fais des reproches, (car qui est plus sot que moi et qui plus incroyant ?)
Les yeux qui vainement réclament la lumière, les buts méprisables, la lutte sans cesse recommencée,
Les pitoyables résultats de tout cela, les foules harassées et sordides que je vois autour de moi,
Les années vides et inutiles de la vie des autres, des autres à qui je suis indissolublement lié,
La question, O moi ! si triste et qui me hante – qu’y a-t-il de bon dans tout cela, O moi, O la vie ?

Réponse:
Que tu es ici – que la vie existe et l’identité,
Que le puissant spectacle se poursuit et que tu peux y apporter tes vers.

Extrait de Feuilles d’herbe (1872)
Walt Whitman

Vraiment bien celle d'Alfred de Musset !

Soit dit en passant,
"La peur engendre la colère , la colère engendre la haine , la haine engendre la souffrance !"
Yoda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Sous-Marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 18 Jan - 22:23

A peu de chose près:
"...Redis le mot que tu viens de dire avec la même intonation, mais dans un autre univers..."

T. Pratchett
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 18 Jan - 22:49

"La liberté individuelle n'est nullement un produit culturel."
Sigmund Freud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mo'on

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 18 Jan - 23:27

"D'abord, ils ont enfermé les drogués. Puis, ils ont enfermé les prostituées. Ensuite, ils ont chassé les pauvres clodos et tabassé à mort tous les homos. Ils ont renvoyé les immigrés chez eux, nous ont abreuvé de mensonges pour qu'on ferme les yeux. On a pas osé élever la voix, on est resté terré dans notre trou. Et il n'y avait plus personne pour réagir, quand ils s'en sont pris a nous..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernestin sous-marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mer 19 Jan - 13:49

L'auteur Mo'on, l'auteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le concombre masqué

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mer 19 Jan - 16:07

Si vous avez des suggestions de bouquins aussi, je manque cruellement de lecture, et je suis sûr que je ne serai pas le seul à m'inspirer des titres donnés : )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mo'on

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mer 19 Jan - 16:39

Ben justement, je le trouve plus. J'avais noté cette citation il y a super longtemps, et comme une conne je sais plus d'où elle vient !
La seule chose dont je me rappelle c'est que c'est les paroles d'une chanson...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Jeu 20 Jan - 18:39

Concombre:

Moi je viens de finir un bouquin vraiment jaune si ça t'intéresse Smile
"Voir, les enseignements d'un sorcier Yaqui" de Castaneda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Jeu 20 Jan - 19:09

"Je ne peux rien pour toi, Billy. Tu le sais. personne ne peut rien. Il faut que tu comprennes que, dès qu'un homme va au secours d'un autre homme, il s'ouvre tout grand. Il faut être prudent Billy ; tu devrais le savoir comme tout le monde. Que veux-tu que je fasse? Je ne peux pas guérir ton bégaiement. Je ne peux pas effacer les cicatrices de rasoir de ton poignet, ni faire disparaitre les brûlures de cigarette sur le dos de ta main. Je ne peux pas te donner une autre mère. Et tant que la Chef te mènera comme elle te mène, t'enfonçant le nez dans ta propre faiblesse jusqu'à ce que rien ne demeure plus du peu de dignité qu'il te reste encore et que tu t'anéantisses à force d'humiliation, je ne pourrai rien. A Anzio, j'ai vu un de mes copains attaché après un arbre à cinquante centimètres de moi, qui me demandait de l'eau en hurlant, le visage en feu sous le soleil. Les autres voulaient que j'aille jusqu'à lui pour l'aider. Ils m'auraient coupé en petits morceaux que je n'aurais pas quitté la ferme.

Disparait, visage de Billy.

Ils continuent de défiler devant moi. C'est comme si chacun portait un écriteau, tels les "Je suis aveugle" qui brimbalent autour du cou des accordéonistes de Portland, sauf que leurs pancartes à eux disent : "Je suis fatigué" ou "J'ai peur" ou "Je suis tout empêtré avec les machines et les gens qui me bousculent tout le temps". Toutes ces pancartes, je peux les lire, même si les lettres s'amenuisent. Il y a des visages qui regardet d'autres visages et qui lisent l'écriteau. Mais que peut-il dire? Les figures s'éparpillent dans le brouillard, pareilles à des confettis.

Je suis plus loin que je n'ai jamais été. Ça doit ressembler à ça d'être mort. J'imagine que c'est pareil quand on est un Légume : vous vous dissolvez dans le brouillard, vous ne bougez pas, on nourrit votre corps jusqu'à ce qu'il s'arrête de manger. Alors ils le brûlent. On n'est pas si mal que ça. On ne souffre pas. Je n'éprouve rien, rien qu'un léger froid qui, j'imagine, disparaitra avec le temps."
Vol au dessus d'un nid de coucou, Ken Kesey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliéné

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Sam 22 Jan - 18:07

Les 3 portes

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage. « Éclaire-moi sur le Sentier de la Vie », demanda le Prince. « Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable », répondit le Sage. « Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. » Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire:

« Change le monde »

« C’était bien là mon intention », pensa le Prince, « car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas ». Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant, mais pas l’apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d’autres lui résistèrent. Bien des années passèrent. Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande: « Qu’as-tu appris sur le chemin? » « J’ai appris », répondit le Prince, « à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas ». « C’est bien », dit le Vieil Homme. « Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise ». Et il disparut. Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire:

« Change les autres »

« C’était bien là mon intention », pensa-t-il. « Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d’amertume et de frustration ». Et il s’insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat. Bien des années passèrent. Un jour, alors qu’il méditait sur l’utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda: « Qu’as-tu appris sur le chemin? » « J’ai appris », répondit le Prince, « que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n’en sont que le révélateur ou l’occasion. C’est en moi que prennent racine toutes ces choses ». « Tu as raison », dit le Sage. « Par ce qu’ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Sois reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t’enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir ». Et le Vieil Homme disparut. Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots:

« Change toi toi-même »

« Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c’est bien ce qui me reste à faire » se dit-il. Et il entama son 3ème combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal. Après bien des années de ce combat où il connut quelques succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda: « Qu’as-tu appris sur le chemin? » « J’ai appris, répondit le Prince, qu’il y a en nous des choses qu’on peut améliorer, d’autres qui nous résistent et qu’on n’arrive pas à briser ». « C’est bien » dit le Sage. « Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de me battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais? Quand trouverai-je le repos? J’ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise ». « C’est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d’aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru » Et il disparut. Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et s’aperçut qu’elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait:

« Accepte-toi toi-même »

Le Prince s’étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu’il avait franchi la porte la première fois, dans l’autre sens. « Quand on combat on devient aveugle, se dit-il ». Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu’il avait rejeté et combattu en lui: ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s’aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer. Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « J’ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c’est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J’ai appris à m’accepter moi-même, totalement, inconditionnellement ». « C’est bien, dit le Vieil Homme, c’est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte ». A peine arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut:

« Accepte les autres »

Tout autour de lui il reconnut les personnes qu’il avait côtoyées dans sa vie; celles qu’il avait aimées comme celles qu’il avait détestées. Celles qu’il avait soutenues et celles qu’il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l’avait tellement gêné et contre quoi il s’était battu. Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. « Qu’as-tu appris sur le chemin? » demanda ce dernier. « J’ai appris, répondit le Prince, qu’en étant en accord avec moi-même, je n’avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d’eux. J’ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement » « C’est bien, » dit le Vieux Sage. C’est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte. Arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut:

« Accepte le monde »

Curieux, se dit-il, que je n’aie pas vu cette inscription la première fois. Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu’il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l’éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C’était pourtant le même monde qu’autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé ou son regard ? Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda. « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « J’ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n’est ni triste ni gai. Il est là; il existe; c’est tout. Ce n’était pas le monde qui me troublait, mais l’idée que je m’en faisais. J’ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement. « C’est la 3ème Sagesse », dit le Vieil Homme. « Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde ». Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l’habita. « Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil », dit le Vieux Sage, « celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence ».

Et le Vieil Homme disparut.


(Désolé, vieux texte, source oubliée)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Sam 22 Jan - 19:37

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mo'on

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Lun 24 Jan - 16:12

"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."

Article 35 des Droits de l'homme et du citoyen.
C'est pas vraiment de la littérature, mais il me semble important de nous le rappeler en ces temps de dictature !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakan Tanka

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mar 25 Jan - 18:18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernestin sous-marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Mer 26 Jan - 19:58

Plus que de la littérature, de la poêsie en métrage
(ça rentre dans le secteur "et tout et tout..." nan ?)
https://www.youtube.com/watch?v=Z2RfTPc6hEc

http://sous-marin.1fr1.net/t16-j-aime-j-aime-pas#324
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernestin sous-marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Ven 28 Jan - 22:59

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippikachu

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Sam 29 Jan - 0:45

Aussitôt suggéré (même très implicitement) aussitôt fait : le forum est dorénavant estampillé « Saveur de l'année 2010 » !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newsfromelsewhere.unblog.fr/
Jim Sous-Marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Sam 29 Jan - 1:13

Alors là je dis bravo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliéné

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Sam 29 Jan - 7:12

Faudrait aussi créer le label du forum avec un logo; pour estampiller "Sous-marinier"

On pourra comme ça unir tout ce qui est profondément réfléchi ainsi que tout ce qui est radicalement inutile sous la même bannière !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernestin sous-marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Sam 29 Jan - 8:35

Comme par exemple les yaourts et les pogs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tux

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Sam 29 Jan - 12:48

On rencontre rarement plus utile qu'un pog...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Sous-Marinier

avatar


MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   Dim 30 Jan - 0:27

C'est pas dans les paquets corn flakes qu'on trouvait des pogs à une époque?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Votre littérature révolutionnaire, philosophique et intelligente (et tout et tout...)
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand la littérature a une portée philosophique.
» Les livres de littérature de jeunesse autour du personnage du RENARD
» Littérature de jeunesse qui se déroule au XVIème siècle?
» Sujet de littérature
» Et la littérature jeunesse dans tout cela!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
20 000 lieues sous l'Éther :: 20 000 lieues sous l'Éther-
Sauter vers: